Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > A l’étranger > Les chemins de fer grecs

Les chemins de fer grecs

mercredi 20 juin 2012, par rixke

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

 Chemins de fer de l'Etat hellénique.

En 1900, le « Eastern Railway Construction Syndicate-Batignoles Ltd » construisit la ligne à voie normale du Pirée à l’ancienne frontière gréco-turque, en passant par Athènes, Thèbes, Livadia, Lianokladion et Paleofarsalos, ainsi que les embranchements d’Inoi à Chalkis et de Lianokladion à Stylis. La « Société des Chemins de fer helléniques » en assuma l’exploitation.

La première section de ligne Le Pirée - Thèbes et l’embranchement Inoi - Chalkis furent achevés en février 1904 et inaugurés le 6 mars 1904. Après avoir bouclé Athènes, la ligne s’engage dans une suite de collines, puis s’élève. Cette région accidentée est dominée par le Parnasse, dont les neiges s’incrustent dans le ciel comme des nuages blancs.

Les autres sections de ligne furent mises en exploitation par étapes. Larissa fut atteint en août 1908, Papapouli (ancienne frontière gréco-turque) en juillet 1909.

Quand le pays s’étendit à la suite des guerres balkaniques (1912-1913), le gouvernement hellénique décida de relier Papapouli à Plati, pour opérer la jonction avec la ligne Florina - Ormenion, comprise dans le territoire annexé. Cette extension fut achevée le 9 mai 1916.

En 1920, tous ces chemins de fer ont été repris par l’Etat et sont devenus les « Chemins de fer de l’Etat hellénique » (C.E.H.)

Pendant la dernière guerre mondiale, les C.E.H. ont subi des dégâts énormes. A la retraite des armées d’occupation, les pertes ont pris les dimensions d’une destruction presque totale. L’œuvre de reconstruction a été extrêmement rude. Elle fut retardée par la nouvelle catastrophe provoquée par la lutte anticommuniste qui éclata après la libération du pays. Le « Simplon-Orient Express » a de nouveau relié Paris à Athènes en 1951. Entièrement reconstruit, le réseau se trouve actuellement en pleine évolution.

Mise en chantier en 1952, la ligne Aminteon - Kozani a été achevée au mois de décembre 1954 ; depuis le 30 janvier 1955, cette ligne, longue de 59,422 km., sert l’exploitation du terrain carbonifère de la région de Komanos.

En 1955, le réseau des Chemins de fer de l’Etat hellénique incorpora le réseau de l’ex-société des Chemins de fer de Thessalie : celui-ci, construit à partir de 1882, comprenait notamment les lignes à voie métrique Volos - Larissa et Volos - Kalampaka. L’administration décida d’élargir la ligne de la section Larissa - Volos (61 km.) ; les travaux furent terminés le 15 septembre 1960. L’inauguration de la nouvelle voie a mis fin au transbordement de voyageurs Volos - Athènes ou Volos - Salonique et vice versa, ainsi qu’au déchargement et au rechargement des marchandises qui étaient inévitables à Larissa à cause de la différence d’écartement entre la voie principale Athènes - Salonique - Yougoslavie et l’ancienne voie Larissa - Volos.

Un aspect de la gare de Corinthe.

Les travaux de dédoublement, commencés en 1959, sur les sections Le Pirée - lnoi (ligne Le Pirée - Salonique) et Salonique - Plati (ligne Salonique - Florina) seront achevés à la fin de l’année 1963.

Au début du fonctionnement des C.E.H., la longueur totale des lignes exploitées comportait 203 kilomètres ; aujourd’hui, elle comporte 1.572 km. à voie normale, 161 km. à voie d’un mètre et 28 km. à voie étroite de 0,60 m.

Pendant l’année 1959, 704.174.000 voyageurs-kilomètres et 298.336.000 tonnes-kilomètres ont été transportés.

Le pont de Brallos sur la ligna Athènes - Salonique.

Le parc de matériel comprenait

Voie normale Voies étroites
1,45 m. 1,001 m. 0,60 m.
Locomotives à vapeur 193 17 3
Automotrices diesel 36 14 -
Remorques automotrices 20 - -
Voitures 157 43 14
Fourgons et wagons-poste 110 7 2
Wagons 5.827 456 5
Voitures d’excursion 87 - -

Les Chemins de fer de l’Etat utilisent 8.448 ouvriers et employés.

 Les Chemins de fer du Péloponnèse

Le réseau de l’ancienne Compagnie des Chemins de fer Le Pirée - Athènes - Péloponnèse (en abrégé S.P.A.P.) forme l’autre branche des chemins de fer de la Grèce. Traversant les plus belles régions de l’Hellade, l’Attique et le Péloponnèse, on dirait que ce réseau a été construit pour des raisons purement touristiques. Tout le long du parcours, la beauté du paysage ensorcelé le voyageur.

Les différentes sections furent mises successivement en exploitation de 1884 à 1900 : en 1 884, le premier tronçon Le Pirée - Corinthe, qui longe le rivage du golfe de Saronikos ; trois ans plus tard, la section Corinthe - Patras, qui traverse toute la partie septentrionale du Péloponnèse ; de 1887 à 1900, les sections Patras - Pyrgos - Kalamata, Corinthe - Arghos - Tripolis - Kalamata et les embranchements locaux.

La voie a un mètre d’écartement, à l’exception de la voie en crémaillère Diakofto - Kalavrita (longueur 23 kilomètres), dont l’écartement est de 0,75 m. sur la ligne Le Pirée - Corinthe - Patras, dans un paysage d’une grandeur sauvage.

Sont incorporés à ce réseau :

  • Le chemin de fer du Pirée à Lavrion (longueur 63 km., écartement 1 m.) fondé en 1882 ;
  • Le chemin de fer Pyrgos - Katakolon, fondé en 1883 (longueur 12 km., écartement 1 m.) ;
  • La ligne de l’ex-société des Chemins de fer du Nord-Ouest, Krioneri - Messologhi - Agrignion (longueur 61 km., écartement 1 m.), fondée en 1889 ;
  • Les embranchements : Kavassila - Vartholomio - Kylini, Kavassila - Vartholomio - Loutra, Pirgos - Alfios - Olympie, où la majesté du lieu a donné naissance à l’idée olympique, Kalonero - Kiparissia, Asprochoma - Messine, Argos - Nafplion et Bilali - Megalopolis.

L’exploitation de cet ensemble a été reprise par l’Etat, mais les « Chemins de fer du Péloponnèse » sont considérés comme une entité légalement distincte des « Chemins de fer de l’Etat hellénique ».

Le pont de Mondra, en Thrace.

Source : Le Rail, février 1962