Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > A l’étranger > Locomotives du monde entier > Korean national railroad. Série 8000.

Korean national railroad. Série 8000.

Phil Dambly.

mercredi 26 décembre 2012, par rixke

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

Les Chemins de fer de la Corée du Sud (KNR) ont acquis leurs premières locomotives électriques. Il s’agit d’une série de 66 machines commandées au Groupement européen, dit « Groupement 50 Hz » [1]. Elles sont numérotées de 8001 à 8066 et les premières unités ont débarqué au « Pays du matin calme » en juin 1972.

Ces locomotives sont destinées à la grande artère transversale qui relie Séoul, la capitale, à la côte est. Très sinueuse .et à profil en dents de scie, cette artère comporte quelques lignes en antennes où l’on rencontre des rampes de 33 pour mille ! Elle est dévolue principalement à l’intense trafic minéralier (charbon, cuivre) entre les mines de la zone est et les ports de Samchok et Mukho d’une part, et la région industrielle de Séoul d’autre part. C’est pour cette raison que la ligne électrifiée n’aboutit, provisoirement, qu’à la gare de triage de Chungryanri, aux environs de la capitale. On notera qu’en Corée du Sud, la fréquence du courant alternatif 25 kV est de 60 Hz, comme aux Etats-Unis et, en partie, au Japon.

Le réseau sud-coréen à voie normale : en trait noir gras, ligne Séoul-Pusan à double voie. Les autres lignes sont à voie unique. En rouge, lignes électrifiées ou en cours d’électrification.

Les locomotives ont été prévues pour remorquer 1 740 tonnes en rampes de 12 pour mille, ou 870 tonnes en rampes de 25 pour mille, à 43 km/h. Deux machines, couplées en unités multiples, peuvent démarrer en rampe de 25 pour mille avec une charge remorquée de 1 740 t. Des trains de voyageurs de 700 t atteignent 85 km/h en palier.

Parmi les 66 locomotives, 43 ont été montées en France, par Alsthom, à Belfort, et 23 en Belgique, par La Brugeoise et Nivelles. Au sein du Groupement 50 Hz, les Ateliers de Constructions Electriques de Charleroi (ACEC) ont joué le rôle de maître d’œuvre, assistés par Alsthom pour la caisse et la Société MTE pour les bogies [2].

Extérieurement, les locomotives coréennes rappellent les derniers modèles livrés par Alsthom à la SNCF : pare-brise inclinés à contre-jour et capots de nez caractéristiques. Les cabines de conduite comportent des vitres de face teintées, une vitre chauffante devant le conducteur, deux ventilateurs et deux pare-soleil. Plus tard, elles seront pourvues d’un radio-téléphone et d’un dispositif d’arrêt automatique. La partie avant de chaque cabine est renforcée par des blindages d’acier recouverts par un capot en polyester. Deux coupleurs pour marche en unités multiples sont dissimulés dans ce capot. Les traverses de tête sont équipées d’un attelage central automatique Henricot, système Janney, et d’un chasse-bœufs. Les sablières sont logées dans le châssis.

Chaque locomotive comporte trois bogies à deux essieux, tous moteurs. Ces bogies, en acier soudé, ont été conçus et réalisés par Creusot-Loire [3]. Leur mode de fonctionnement constitue l’originalité des locomotives coréennes : le bogie médian apporte simplement sa part d’effort de traction et soutient la caisse en son centre. Les bogies extrêmes sont seuls responsables du guidage de la locomotive.

Le courant est capté par deux pantographes monobranches Siemens. Le transformateur principal a été étudié par les ACEC. Les moteurs de traction Alsthom sont alimentés en courant continu par l’intermédiaire de redresseurs AEG à thyristors et diodes. L’équipement de freinage comprend un frein électropneumatique Westinghouse et un frein rhéostatique ACEC.

Caractéristiques générales

  • Type : BoBoBo ;
  • écartement : 1,435 m ;
  • tension : 25 000 V alternatif 60 Hz ;
  • puissance continue : 5 210 ch ;
  • vitesse max. : 85 km/h [4] ;
  • poids en service : 128 t ;
  • charge par essieu 21,33 t ;
  • empattement d’un bogie 2,900 m ;
  • diamètre roues : 1,250 m ;
  • longueur totale, entre axes attelages : 20,730 m ;
  • longueur hors traverses de tête : 18,910 m ;
  • largeur caisse : 2,950 m ;
  • largeur hors persiennes : 3,060 m ;
  • hauteur toit : 3,702 m ;
  • hauteur embase des pantos : 3,890 m ;
  • hauteur lanterneaux : 4,240 m ;
  • hauteur pantos baissés : 4,495 m.


Source : Le Rail, décembre 1974


[1Groupement d’étude pour l’électrification de chemins de fer en monophasé 50 Hz (ACEC en Belgique, Alsthom et Société MTE en France, BBC-Oerlikon en Suisse, AEG-Telefunken et Siemens en Allemagne fédérale).

[2Société MTE : Le Matériel de Traction Electrique Jeumont-Schneider.

[3Creusot-Loire : réunion de la Société des Forges et Ateliers du Creusot (SFAC) et de la Cie des Ateliers et Forges de la Loire (CAFL) au sein de la Société MTE.

[4II a été prévu qu’elles pourraient circuler ultérieurement à 120 km h sur des lignes plus faciles, par changement du rapport d’engrenages.