Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > Histoire > 1926-1976 > Visite royale

Visite royale

mercredi 10 juillet 2013, par rixke

C’est en présence du roi Baudouin, de M. Chabert, ministre des Communications, de M. de Spot, premier vice-président du Conseil d’administration, de M. Vanhee, directeur général de la SNCB, des plus hautes instances et de fonctionnaires de la Société, ainsi que d’un certain nombre de cheminots de la base, qu’il a été procédé le jeudi 10 juin 1976 à la cérémonie officielle d’ouverture du 50e anniversaire de la fondation de la SNCB.

Le Roi avait tenu spécialement à effectuer un parcours à travers la jonction Nord-Midi, dans le poste de conduite d’une automotrice quadruple du type le plus récent. Dès sa descente en gare du Midi, il a visité du matériel roulant ancien et moderne qui avait été acheminé là pour la circonstance. Il y avait notamment le train royal qu’utilisait Léopold II, remorqué par un type 18, un train à vapeur, composé d’une locomotive type 29 et des traditionnelles voitures en bois, telles qu’on les exploitait en 1926. Ces témoins d’un passé glorieux voisinaient avec un convoi composé de voitures du dernier cri : couchettes de 2e classe, voitures-lits du type MU et du type T2, voiture bar-dancing, voiture standard européenne, que remorquait une locomotive électrique de 7000 chevaux, capable d’atteindre la vitesse de 220 km/h (limitée provisoirement à 160 km/h).

Ensuite, les invités gagnèrent en bus le nouveau bâtiment de la Direction, rue de France, où le Roi ne tarda pas à les rejoindre pour assister à la séance académique, où l’on ne parla pas que du passé, mais où furent aussi évoqués le rôle et les possibilités futurs de la Société.

Après quoi, le Roi visita l’exposition consacrée aux principales activités de la SNCB, exposition qui sera transférée en juillet à la gare de Bruxelles Central où elle sera accessible au public.

Au cours de la cérémonie, M. Vanhee offrit au Roi une lanterne de manœuvre qui pouvait revendiquer pas mal d’années de service.


Source : Le Rail, juillet 1976