Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > Histoire > Durail Junior > Les signaux à palettes de la S.N.C.B.

Les signaux à palettes de la S.N.C.B.

Phil Dambly.

mercredi 13 août 2014, par rixke

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

Nous avons cru intéressant, après la biographie de John Saxby, pionnier de la signalisation, de vous parler des sémaphores à palettes, ces signaux qui restent, pour beaucoup de voyageurs, le symbole caractéristique de la signalisation ferroviaire. Les anciennes palettes transmettaient leur mouvement, par un système de tringles, à un trinocle indépendant portant des verres de couleur (rouge, jaune et vert), visibles pendant la nuit et en cas de brouillard, par exemple. Sur les signaux plus récents, le trinocle est encastré dans la palette.

« Ralentissement » pour un « marchandises » en gare de Beauraing.

On trouve des signaux de manœuvre à la sortie des gares. Le feu d’arrêt rouge est remplacé par un feu violet, de façon à indiquer que ces signaux ne s’adressent pas aux conducteurs de convois « en ligne ».

Ancienne palette. Remarquez le trinocle, la tringle et le contrepoids.

On remarque un curieux appareil entre les rails : le « crocodile », dont la silhouette rappelle celle de ce saurien (avec un peu d’imagination !) ; il s’agit d’un contact fixe électrique, en bronze, placé dans la voie au droit des signaux avertisseurs (palettes jaunes) qui sont situés en amont des signaux d’arrêt (palettes rouges), à une distance permettant aux conducteurs de freiner les convois s’il y a lieu. En relation avec la palette du signal avertisseur, le crocodile entre en contact avec une brosse installée sous la locomotive, ce qui déclenche automatiquement un sifflet d’alarme à bord de celle-ci.

Signal d’arrêt.
Signal d’arrêt et signal de manœuvre.
Signal avertisseur.
Arrêt absolu.
Ralentissement.
Passage normal.

Source : Le Rail, janvier 1964