Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > Société > Navette

Navette

mercredi 15 octobre 2014, par rixke

Dernièrement, un journaliste consacrait un de ses billets quotidiens à la « navette ». Celle-ci, disait-il, « est cet instrument de bois avec lequel le tisserand fait courir le fil sur le métier. Elle va et vient sans cesse. C’est pourquoi on appelle « navetteurs » ceux qui, pour des nécessités professionnelles ou autres, vont et viennent à travers leur pays ou le monde. Le train est le mode de transport le plus utilisé par les navetteurs à longue distance... De 4 à 8 h et de 16 à 18 h, sur toutes les voies ferrées belges, des centaines de milliers de personnes vont à leur travail ou en reviennent. Ce mouvement quotidien est favorisé par l’électrification des chemins de fer et les inconvénients de la vie citadine. On en est à ce point qu’il ne faut guère plus de temps pour aller de Namur à Bruxelles que pour se rendre en tram d’Auderghem dans le centre de la capitale... Ces trains de navetteurs — ouvriers ou employés — baignent dans un climat particulier, jouissent d’une profonde vie secrète que tissent les habitudes diverses des usagers, habitudes qui, pour certains, deviennent des rites. Pour les uns, ce voyage est une occasion de sommeil. D’autres le consacrent au jeu de cartes ou à la conversation. Pour les plus nombreux, ce voyage quotidien est voué à la lecture. Ainsi, les compartiments des trains deviennent des salons de lecture sur roues, un haut lieu itinérant de vie intellectuelle... De fait, c’est un privilège que de pouvoir lire plus ou moins une heure par jour dans des conditions de confort relativement bonnes. Ainsi, ces voyages quotidiens se chiffrent non seulement en kilomètres, en heures ou en francs, mais aussi en titres de livres, de périodiques et de quotidiens. Le livre est devenu un accessoire de voyage à l’égal de la serviette ou de la valise... »

II y a là de quoi éveiller l’attention des étudiants qui recherchent des sujets de thèses sociologiques ! S’ils s’intéressent à ce problème, ils trouveront dans les « Informations S.N.C.B. » de décembre dernier plusieurs chiffres de base. En voici quelques-uns :

  • Nombre d’abonnements sociaux émis rien qu’à destination de la région bruxelloise : 84.000 dont :
    • 33.450 au départ des Flandres ;
    • 30.000 au départ du Brabant ;
    • 10.200 au départ du Hainaut ;
    • 6.500 au départ d’Anvers.
  • Nombre d’abonnements ordinaires émis pour la même région : 24.000 dont :
    • 11.180 au départ du Brabant ;
    • 3.930 au départ de la Flandre-Orientale ;
    • 3.710 au départ d’Anvers ;
    • 3.220 au départ du Hainaut.
  • Nombre d’abonnements scolaires ayant Bruxelles comme destination : 6.070

Les cinq gares de la jonction Nord-Midi écoulent en moyenne 155.000 voyageurs par jour à l’arrivée et autant au départ. Les autres gares : environ 35.000.


Source : Le Rail, janvier 1965