Accueil > Le Rail > Ouï-dire > Ouï-dire !

Ouï-dire !

Fabrice Thomas.

mercredi 15 juillet 2015, par rixke

 USA

En 1970, le transport des passagers par rail passait entre les mains de l’AMTRAK (société privée) dont le siège se trouve dans le district de Columbia. Cette Société dessert actuellement 500 destinations (dans 43 états différents) et a transporté 20,4 millions de passagers intercity en 1987. Elle a également acheminé 10,2 millions de navetteurs pour le compte de contractants du Massachusetts Bay et du Maryland department of transportation.

En 1987, l’AMTRAK comptait 22 800 employés et présentait un chiffre d’affaires de 973,5 millions de dollars. Compte tenu des prévisions actuelles, le chiffre d’affaires de 1988 devrait dépasser le milliard de dollars. En effet, depuis le début de l’année, un premier rapport sur l’évolution du trafic indique une progression dans les recettes de l’ordre de 15 %. Avec un taux de croissance de 48 % en 1987, la progression de ses ventes à l’étranger a été très spectaculaire.

Ce sont surtout la RFA (53 %), les Pays-Bas (40 %) et la Suisse (35 %) qui ont contribué à cette évolution. Dans ses gares, AMTRAK a introduit partout des terminaux électroniques pour la réservation des billets. Le système propre à la compagnie est connecté aux systèmes employés le plus couramment dans l’aviation par lesquels peuvent transiter aussi les correspondants étrangers. 44 % des réservations faites outre-mer sont effectuées de cette manière ! AMTRAK envisage également de renouveler sa flotte par une nouvelle génération de voitures « viewliner ». Deux prototypes (1 sleeping et 1 dining) ont déjà été présentés au meeting « Discover America » de Dallas. Outre un revêtement en aluminium, ces voitures présentent deux rangées de fenêtres superposées qui permettent au passager installé sur la couchette supérieure de voir le paysage. La voiture « sleeping » contient trois chambres de luxe avec douche et 14 compartiments pour une ou deux personnes qui sont situés de part et d’autre d’une allée centrale. A noter que les voyageurs seront consultés sur le choix des couleurs et des revêtements ainsi que sur la disposition en général. Ces nouvelles voitures seront testées sur le réseau touristique de la Floride avant de lancer la production.

 Intercontainer

Pour l’exercice 1987, Intercontainer affiche des chiffres records dans presque tous les secteurs de trafic. Le trafic total (924 798 TEU) est en hausse de 4,3 % par rapport à l’année précédente. Il efface nettement le record de 904 803 TEU qui fut enregistré en 1985. Les mouvements à vide ont diminué de 0,8 % et les parcours à charge ont augmenté de 5,9 %. Tant par sa contribution aux recettes que par son volume, le trafic maritime reste le secteur de marché le plus important de la Société. Son trafic conteneurs chargés a également établi dans ce secteur un nouveau record de 394 137 TEU (+ 1.6%). Par contre, le volume de transport des conteneurs vides régresse de 2 % par rapport à 1986. Au niveau de l’exercice précédent, le trafic total de ce secteur a augmenté de 0,8 %.

Le trafic continental s’est élevé, au cours de l’exercice, à 380 288 TEU dont 266 542 à charge (+ 17 %) et 113 746 TEU à vide (+ 1,1 %). Les résultats globaux du secteur continental sont en hausse de 11,2 %. A noter l’augmentation du trafic Pool (27 544 TEU, soit + 30 %) et celle des transports de caisses mobiles qui constituent désormais un élément essentiel du trafic continental d’Intercontainer (125 000 TEU, soit + 20 %).

En 1987, la masse brute globale des conteneurs chargés transportés par la Société s’est élevée à 9,5 millions de tonnes (+ 5 %). Au cours de la même année, Intercontainer a largement agrandi son parc de wagons. Elle compte actuellement 3 555 wagons offrant une capacité de chargement de 10 249 TEU (+ 19,5 %). A noter que d’autres wagons sont en cours de livraison et qu’une cinquième série, constituée de 260 wagons de 40 pieds du type Lgs (écartement ibérique, essieux interchangeables, 22, 5 T de charge à l’essieu) a été commandée.

 Espagne

La gare de Cordoue va être remplacée par une nouvelle gare souterraine avec mise en tranchée couverte de la ligne Madrid - Séville sur 2,3 km. Ces travaux seront financés par l’Etat, l’assemblée d’Andalousie, la municipalité de Cordoue et la vente de terrains.

Coût de l’opération : 12 milliards de pesetas !

 URSS

Des trains composés de 32 voitures (capacité totale : 1 500 personnes) circulent à titre expérimental sur la ligne Moscou - Kharkov.

Tractés par des locomotives électriques de 7 200 kW à 80 km/h de moyenne, ces « convois exceptionnels » résolvent, en partie, le problème de la croissance de la capacité des chemins de fer soviétiques (saturation de certaines lignes ; augmentation du trafic voyageur de ± 30 % d’ici à l’an 2000) sans pour autant envisager la construction de nouvelles lignes. Toutefois, les formations de ces longs trains dans les gares de départ se sont avérées impossibles (en cause, la longueur des rames). La solution retenue est la suivante : 2 trains composés de 20 et 12 voitures partent l’un après l’autre de 2 quais différents. Ces 2 rames sont par la suite accouplées à la sortie de la gare pour ne plus former qu’un seul convoi tracté par une seule locomotive. Durée des opérations : 8 minutes.

Progressivement, les chemins de fer soviétiques envisage la mise en circulation de ces trains vers les stations balnéaires de la Crimée et du Caucase.

 Albanie

Les HSh (chemins de fer albanais) transportent actuellement ± 3,15 millions de T de marchandises par an dont 70 % en trains complets ou trains-blocs.

Le réseau actuel comporte 450 km de lignes et emploie 10 000 cheminots. Il utilise 75 machines diesel, près de 200 voitures et plus de 2 700 wagons. L’an dernier, les HSh ont acheté à la SNCF 43 voitures B10t, une centaine de wagons couverts G 61 et 110 wagons trémies F 46. Ce matériel d’occasion est le bienvenu pour faire face au récent développement du réseau.

La même année, ils ont mis en service sur 25 km, la première section de la nouvelle transversale est-ouest Milot - Klos jusqu’à Rrëshen. Cette section compte 117 ouvrages d’art dont 9 ponts et viaducs totalisant 1 500 m de longueur ; elle a été construite en 18 mois. Dans un proche avenir, 13 km supplémentaires seront terminés et l’ensemble de la ligne (63 km) devrait être en service l’an prochain. Ce nouvel axe dessert une région riche en minerai de chrome. Il devrait apporter un trafic supplémentaire de 1,5 million de T aux HSh. Le réseau atteindra plus de 600 km avec les autres lignes en construction (Ballsh - Girokaster (70 km) et Pogradee - Korça (39 km)). Il desservira toutes les villes importantes. A peine plus de 40 ans après sa naissance, le rail assure déjà la moitié des transports du pays.

 Italie

La livraison des rames ETR500 aux FS commencera en 1990. Afin d’utiliser au mieux les possibilités de ces rames, les chemins de fer italiens veulent mettre en service les 44 km qui restent à construire sur la « Direttissima » Rome - Florence. Actuellement, les trains empruntent la ligne classique entre Arezzo Sud et Valdamo Nord (58 km). Ce tronçon est très tortueux dans sa partie sud, d’Arezzo à Montevarchi (34 km). Il est plus rectiligne au nord où il s’étire parallèlement à l’Arno et à l’autoroute.

Le nouveau tracé franchit deux fois l’Arno et gagne 14 km, sur le trajet par la ligne classique à laquelle il est relié par deux bretelles d’accès.

Ces travaux de construction de la nouvelle section ont débuté en 1986 sur deux lots dont les limites coïncident avec les bretelles d’interconnexion menant à la ligne classique. La section traverse les contreforts des Appenins et des difficultés d’ordre géologique et de relief ont considérablement ralenti la progression des travaux. Ceux-ci n’avancent qu’à raison d’ 1 mètre par jour (6 fois moins vite que sur les autres chantiers de la « Direttissima ») car les deux tronçons comportent une succession de tunnels (5 dont 2 totalisant 5 200 m) et de viaducs.

Le premier tronçon d’Arezzo Sud à Valdamo Sud (19 km) devrait entrer en service dès l’été 1990. Le second un an plus tard mais les FS ont décidé d’activer au maximum les chantiers (davantage de moyens financiers, humains et techniques) afin d’ouvrir l’ensemble de la section dès l’été 1990.

La nouvelle BBE 402 a récemment atteint 226 km/h au cours d’essai. Elle est destinée au service des rames tractées sur le réseau à grande vitesse.

 France

La carte Kiwi (voir Le Rail 02/88) qui avait été lancée en octobre 1987 par la SNCF dans le but de favoriser le voyage des familles et des enfants a été vendue à 100 000 exemplaires en 6 mois. A noter qu’elle devient également valable sur le réseau de la DB.


Source : Le Rail, décembre 1988