Accueil > Le Rail > Ouï-dire > Ouï-dire !

Ouï-dire !

Fabrice Thomas.

mercredi 19 août 2015, par rixke

 URSS

D’ici 1990, le métro de Moscou devrait être doté d’un système informatisé de gestion du trafic baptisé « Metromoskva ». Il prendra en charge l’exploitation et les services logistiques.

 Pologne

De 1991 à 1995, les chemins de fer polonais (PKP) vont équiper 1805 km de lignes en blocks automatiques banalisés. Ils moderniseront 200 km de lignes dotées d’un block automatique ancien. 20 % du réseau PKP bénéficieront alors du block automatique.

 Chine/Pologne

Les chemins de fer chinois et le PKP envisagent la mise en service d’une voiture directe Varsovie - Pékin. Par ailleurs, l’industrie ferroviaire polonaise va fournir à la Chine des équipements informatiques de triage, 400 bogies et 1700 wagons.

 Luxembourg

Les chemins de fer luxembourgeois (CFL) ont commandé à la société française De Dietrich 22 rames automotrices électriques 25 KV monophasé, du type 22. La partie électrique est fournie par Alsthom et les bogies par ANF-Industrie. Ces rames seront réalisées à l’usine De Dietrich de Reichsoffen et leur livraison débutera en avril 1990 à raison d’une rame par mois.

 Suisse

Le RhB (Chemin de fer rhétique) va introduire la radio sol-train sur toutes ses lignes (375 km à voie métrique). De plus, 21 anciennes voitures de construction lourde, à caisse métallique, qui sont en cours de transformation vont recevoir un nouvel aménagement intérieur. Elles seront utilisées pour le trafic de pointe. Deux exemplaires de ce matériel deviendront des voitures-salon « Belle Epoque ».

 URSS

Un système informatisé, intégrant un dispositif de vitesse imposée des trains et assurant la totalité du trafic est en cours d’expérimentation sur la section Moscou - Mytistchi (15 km) de la ligne de Yaroslav. Des équipements analogues ou moins sophistiqués sont également en service pour les trafics local et de banlieue dans le Donetz (Ukraine), à Leningrad, Minsk, Tcheliabinsk, Rostov, Yaroslav et Tachkent. 45 centres régionaux qui couvriront pratiquement tout le réseau devraient être installés d’ici à 1995.

 Grande-Bretagne

En 1987, les BR ont enregistré un bénéfice record de 291 millions de livres dont 109 millions de livres pour le ferroviaire « pur ». Comme d’habitude, les comptes comprennent dans les recettes la subvention versée par l’Etat, à savoir 894 millions de livres. Ces bons résultats sont dus à une hausse du trafic voyageurs de 8 % (chiffre le plus élevé depuis 27 ans) malgré une perte de 86 millions de livres pour le trafic Intercity. Les résultats du réseau Sud-Est (Network South East) sont bons et « Traveller’s Fare » (restauration) réalise des bénéfices Pour la première fois depuis des années, le secteur marchandises a fait des bénéfices (43 millions de livres). Ces résultats ont toutefois été obtenus avec la suppression de 6502 postes de travail (- 5 %) et une productivité accrue de plus de 8 %.

 Luxembourg

Le trafic marchandises a enregistré en 1987 une légère baisse (592,7 millions de t/km, soit 1,9 %) due au recul des échanges internationaux (- 4,5 %) qui représentent près de 82 % de ce trafic. En trafic voyageurs, l’ « international » chute également de 13,7 % mais les services intérieurs ont connu une progression des abonnements annuels « pour jeunes gens » et des titres dits « mini-groupes ». Par contre, la vente des billets simples et aller et retour est en baisse sensible.

 Espagne

Le contrat-programme Etat-RENFE qui correspond à la 1re phase de développement du Plan de transport ferroviaire (PTF) a été approuvé par le conseil des ministres. Il prévoit, pour chacune des années 1988 à 1991, un apport de l’Etat d’environ 250 milliards de pesetas.

La RENFE investira 386 milliards de pesetas dont 119 pour l’achat de matériel roulant.

L’Etat prendra à sa charge, au titre des améliorations d’infrastructure, pour 220 milliards de pesetas d’investissement. 150 milliards seront destinés aux nouvelles liaisons à grande vitesse (amélioration du tracé Madrid - Barcelone, ligne d’Andalousie et la variante de Guadarrama).

 Bananes-Express

Tous les lundis et jeudis matins depuis le 29 février dernier, les réseaux ferroviaires et leur filiale Interfrigo acheminent, en collaboration avec BNFW (Belgian New Fruit Wharf), des milliers de tonnes de bananes qui arrivent d’outremer à Anvers. A cet effet, un nouveau trafic régulier entre Anvers et le sud de l’Allemagne et l’Autriche a été organisé. Respectant une programmation bien établie, des navires accostent à Anvers à des dates précises. BNFW décharge les fruits, les palettise et les transfère immédiatement dans des wagons réfrigérants stationnés à quai. Le chargement débute vers 7 h 00 du matin et se termine avant la fin de la matinée. La rame, enlevée par la SNCB et stationnée en gare d’Anvers BE prend le départ à 13 h 30 et arrive à 19 h 17 en gare de Köln Eifeltor, Les wagons sont alors transférés dans le système d’acheminement Intercargo (Plan Top de la DB) par les chemins de fer allemands. Un délai jour A/jour B est de la sorte garanti pour la plupart des centres d’importation.

 USA

En novembre dernier, l’état de Floride a mis en service sous le sigle « Trirail » un service de banlieue entre Miami et Palm Beach.

Pour ce faire, il a racheté 130 km de voies au réseau CSX et acquis 5 locomotives diesel F40 PHL de 3200 ch ainsi que des voitures de banlieue à 2 niveaux.

 Suisse

La ligne à voie étroite du Brunig possède un matériel roulant fort varié. Outre les confortables voitures de 1re et 2e classe, elle offre à ses utilisateurs une voiture panoramique élégamment vitrée, une voiture-bistro et une « voiture-jass » destinée aux amateurs de jeux de carte ! De plus, 4 voitures panoramiques ouvertes qui étaient réservées en 1988 aux membres du « junior-Club CFF », viennent d’être aménagées ; elles permettront de profiter pleinement de l’air de la montagne.

 JO

A l’occasion des jeux olympiques de Séoul une entreprise ouest-allemande avait mis au point avec les chemins de fer soviétiques SZD une liaison transsibérien + auto.

Cette relation a permis à plus de 500 automobilistes d’arriver à Moscou avec leurs véhicules qu’ils ont retrouvé à Nakkoda après avoir voyagé par le transsibérien. Le reste du trajet jusqu’en Corée s’effectuait par voie maritime. La même organisation avait été prévue pour le retour.


Source : Le Rail, janvier 1989