Accueil > Le Rail > Société > La remise des drapeaux de la sécurité aux lauréats du concours (...)

La remise des drapeaux de la sécurité aux lauréats du concours 1959

mercredi 25 novembre 2015, par rixke

Ce qu'a dit une épouse de cheminot

Au cours des cérémonies qui ont marqué la remise des drapeaux de la sécurité aux sièges de travail qui les avaient mérités, on entendit de nombreux discours et même des poèmes de circonstance qui ne manquaient ni d’humour ni d’émotion. Mais la note la plus originale revint à cette épouse de cheminot qui, en toute simplicité, déclara ceci :

Monsieur le Bourgmestre,

Messieurs,

Je suis épouse de cheminot. Je ne connais cependant pas grand-chose du chemin de fer, car mon mari n’a pas l’habitude de me parler beaucoup de son métier, et je le comprends.

Je partage tout de même, et très souvent en silence, les petits soucis qu’il rapporte en rentrant de son travail lorsque la prestation a été plus dure que d’ordinaire ou lorsque le service a été plus difficile.

A la faveur de certaines confidences, j’ai pourtant appris ce que la Société faisait en vue de protéger son personnel contre les accidents de travail.

Par la lecture régulière des journaux, j’ai pu me rendre compte combien étaient fréquents les accidents qui surviennent aux travailleurs.

Ce jour, j’ai appris beaucoup plus encore, fout en me rendant compte que le métier de cheminot n’est pas si facile, four ces raisons, je sais gré à M. le Chef de gare qui m’a permis de réaliser, au nom des épouses de cheminots, le désir combien naturel de confirmer notre reconnaissance et celle de nos enfants.

JPEG - 128.4 ko
A Anvers-Nord, en l’honneur de la gare principale.
JPEG - 148.1 ko
A Louvain, en l’honneur de l’A. C.
JPEG - 70.8 ko
A Bressoux, en l’honneur de la gare (1re cl.)
JPEG - 127.8 ko
À Ath, en l’honneur de la gare (1re cl.).
JPEG - 124.9 ko
A Couillet-Montignies, en l’honneur de la gare (1re cl.).
JPEG - 75.6 ko
A Bruxelles Q. L., en l’honneur de la gare (1re cl.).
JPEG - 53.2 ko
A Denderleeuw, en l’honneur de la gare (1re cl.).

Les cheminots manifestent à quel point ils sont solidaires moins par ce qu’ils sont capables de faire pour leurs frères APRES l’accident que par leurs efforts et leur attention de tous les jours AVANT que l’accident se produise.

JPEG - 96.4 ko
A Termonde, en l’honneur de la gare (1re cl.).
JPEG - 89.8 ko
A Visé, en l’honneur de la gare (1re cl.).
JPEG - 73 ko
A Hasselt, en l’honneur du 1er arr. de la Voie.
JPEG - 112.1 ko
A Gand-Maritime, en l’honneur de la gare (1re cl.).
JPEG - 74.2 ko
A Stockem, en l’honneur de la remise à locomotives.

Leur sens de la solidarité demande mieux qu’une charité ; il impose un devoir quotidien d’amour fraternel. On est plus solidaire en prévenant l’accident tous ensemble qu’en s’unissant après coup pour atténuer les conséquences d’un malheur.

JPEG - 135.3 ko
A Anvers-Nord, en l’honneur de l’atelier M. A.
JPEG - 70.6 ko
A Gand, en l’honneur de l’ensemble des brigades et arr. E. S.


Source : Le Rail, juillet 1960