Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > Infrastructure > Signalisation > A Antoing, une page d’histoire

A Antoing, une page d’histoire

G. Finet.

mercredi 7 février 2018, par rixke

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

On sait que la « transversale » wallonne qui court de Welkenraedt à Mouscron est en cours d’électrification entre Charleroi et Mouscron.

De grands travaux s’y déroulent qui intéressent tous les services techniques car qui dit « électrification » dit en pratique « nouvelle ligne »...

Dans cette optique, la ligne 78 Mons-Tournai dont nous avons évoqué l’épopée en mars 79 a ajouté un nouveau fleuron à une couronne déjà bien garnie par les multiples événements qui ont marqué sa glorieuse histoire.

Le dernier en date se déroule à Antoing, petite gare au style typique de l’avant-guerre 14-18.

A la mi-février, le bloc 42 qui commandait la signalisation de la gare côté Tournai a été mis hors service. Cette vieille cabine, de type Saxby, était la dernière du genre encore en service entre Welkenraedt et Mouscron. Elles deviennent d’ailleurs de plus en plus rares sur le réseau. Le bloc 42 disparaît, comme beaucoup d’autres, direz-vous ! Ce n’est pas tout à fait exact car le bloc 42 sera précieusement démonté, levier par levier et pièce par pièce, pour être remonté au musée des Chemins de fer... Il constitue ainsi un témoin précieux de l’évolution des techniques ferroviaires de la signalisation.

Construite au début du siècle, la cabine Saxby d’Antoing était restée extérieurement dans le même état architectural : ses murs en planches avaient résisté aux affres du temps... Et à l’intérieur, le plancher était vétuste et grinçant ; le bâti troué mais d’un entretien impeccable, et dans lequel jouaient les leviers exigeait en hiver la présence d’un poêle « Etat Belge » chauffé au blanc, épaulé par un autre calorifère au gaz butane.

C’était encore tout juste... tant la chaleur, qui sans doute se déplaisait au bloc 42, s’échappait pour s’égailler dans la campagne voisine. Il est vrai que celle-ci est remarquable par son pittoresque.

En été, par contre, les signaleurs fonctionnaient dans une véritable étuve ; et une sudation intense constituait leur lot quotidien. C’était, paraît-il, bénéfique pour la santé...

On peut à présent se réjouir : grâce à la modernisation du réseau, les signaleurs trouvent, eux aussi, dans l’accomplissement de leur tâche journalière des conditions de travail moins pénibles.

C’est ainsi qu’à Antoing, le bloc 42 Saxby sera confondu avec le bloc 41 Siemens, dans une « tout relais » dernier cri.

Une autre page de l’histoire de la ligne est à présent tournée.


Source : Le Rail, mai 1980