Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > Recension > En tram vers la Petite Espinette

En tram vers la Petite Espinette

mercredi 16 octobre 2019, par rixke

1894-1994 : il y a tout juste 100 ans que le premier tram vicinal à traction électrique commençait son exploitation en reliant la place Rouppe de Bruxelles à Uccle - Petite Espinette, en bordure de la forêt de Soignes.

Ce centenaire donne à l’asbl Pro-Tram l’occasion de consacrer un livre à cette ligne. Dû à la plume et aux recherches de Jean De Ridder-Deverver et Paul De Backer, cet ouvrage de 128 pages, de papier glacé en format 25 cm sur 16 cm, plein de textes historiques et d’anecdotes, illustré par des photos, des reproductions de cartes postales, d’horaires, de tickets, avec une couverture humoristique en couleurs, retrace les premières années d’une exploitation qui disparut définitivement en 1970.

En fait la ligne avait modestement débuté en 1891-92 en traction à vapeur mais était limitée au Vert Chasseur (près du Bois de la Cambre), la très forte déclivité menant au Vivier d’Oie empêchant les locomotives à vapeur d’aller plus loin. En 1910, la ligne fut prolongée en traction électrique jusqu’à l’Espinette centrale d’où l’on continuait vers Waterloo à bord de pittoresques automotrices benzo-électriques mises au point par l’ingénieur belge Pieper. Des embranchements furent ensuite créés vers la Place Loix, l’Observatoire, Saint-Job, Rhode-Saint-Genèse. Comme la ligne principale, tous ont aujourd’hui disparu.

C’est toute la mémoire d’un moyen de transport régional et d’un certain style de vie (vers 1900 les familles bourgeoises de Bruxelles s’embarquaient dans le tram avec leurs bagages et leur servante pour passer des vacances dans de petits hôtels-pensions des environs de la forêt de Soignes) qui ressurgit au long de ces pages et à travers ces documents photographiques anciens.

En rappelant que le tram était – et est toujours – un moyen de transport en commun pratique et non polluant, ce livre contribue au maintien du patrimoine vicinal de notre pays.


Source : Le Rail, Octobre 1994