Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > Matériel roulant > Locomotives > Nos inoubliables vapeurs > Neuvième période, 1914-1919 – Première guerre mondiale et locomotives « (...)

Neuvième période, 1914-1919 – Première guerre mondiale et locomotives « Armistice »

Phil Dambly.

mercredi 15 septembre 2010, par rixke

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

Immédiatement après la conclusion de l’Armistice du 11 novembre 1918, la Railway Operating Division (R.O.D.) de l’armée britannique et l’U.S. Army Railroads Administration amenèrent des locomotives d’origines diverses dans nos paysages ferroviaires. A Mons, par exemple, on put voir une vieille 0-6-0 anglaise du Midland Railway, en compagnie d’une machine autrichienne « butin de guerre ». A Bruxelles et ailleurs, on remarquait des types anglais réquisitionnés et des machines de fabrication américaine appartenant à la R.O.D. Ces dernières, peintes en noir ou en kaki foncé, portaient les initiales R.O.D. en grandes lettres blanches sur le tender ou les soutes à eau.

58.018
Locomotive type 52, n° Etat 4559 à 4596. Deux cylindres ; poids en service : 37,52 t ; diamètre des roues : 1,22 m. Ces machines ont formé le type 58 en 1931. Locomotive n° 58.018, ex-5818 de la remise de Hasselt.

Après avoir remis en service les rares locomotives indigènes encore en état de circuler, l’Administration des chemins de fer de l’Etat décida de s’approvisionner parmi les surplus de la R.O.D. C’est ainsi que des locomotives de provenance américaine ont été achetées en 1919 au Gouvernement britannique. Elles avaient toutes été construites par Baldwin en 1917. Ce précieux apport comprenait : 30 machines de gare 0-4-0 T type 50 ; 38 machines de gare 0-6-0 T type 52 (type 58 en 1931) ; 63 machines de gare 2-6-2 T type 22 (type 57 en 1931) ; 70 machines mixtes 4-6-0 type 40.

40.043
Les robustes types 40, n° Etat 4909 à 4978, ont été livrés en 1920 et 1922. Deux cylindres ; surchauffe ; 64,20 t ; 80 km/h ; 1.000 en ; diam. roues motrices : 1,57 m. Machine n° 40.043, ex-4043. On remarque la chaudière « wagon top » et le vaste abri de forme arrondie (gabarit « passe partout »). Quelques types 40 avaient un abri à montants verticaux. On note également le déséquilibre entre l’abri et le tender. L’A.C.F.I. a été ajouté en 1937.

D’autre part, l’U.S. Army Railroads Administration livra 32 machines mixtes 2-8-0 type 39, dites « General Pershing ». Toutes ces locomotives étaient conformes au gabarit anglais, excepté le type 40, établi au gabarit international européen, plus généreux. Les locomotives « Pershing » du type 39 ont été vendues à la Roumanie en 1924.

Deux types 40 en plein effort entre Braine-le-Comte et Hennuyères. Février 1957.

Huit locomotives type 10 ont été complètement réparées en Allemagne en 1926-27 en vertu des clauses de l’Armistice. Les autres furent réparées en Belgique, dans les ateliers de l’Etat ou chez les constructeurs. L’effectif du type 10 comprenait alors 49 unités, les machines n° 4504, 4507, 4515, 4524, 4525, 4527, 4530 et 4540 étant perdues par faits de guerre et la locomotive n° 4533 ayant été retirée du service en 1923.

57.054
Locomotive « saddle tank » type 22, n° Etat 4703 à 4765. Deux cylindres ; poids en service : 61 t ; diamètre des roues motrices : 1,12 m. Ces machines ont formé le type 57 en17931. Locomotive n° 57.054, ex-5754, de la remise de Bruxelles-Midi.

Après l’Armistice, les types 36 restant en France regagnèrent le pays, tandis que les Allemands restituaient les huit exemplaires qu’ils avaient réquisitionnés. L’effectif du type 36 s’élevait ainsi à 76 unités qui furent également remises en état. Les huit machines « déportées » avaient été réparées en Allemagne (n° 4383, 4418, 4427, 4431, 4436, 4437, 4441 et 4453).

Très ramassée, voici la locomotive « Pershing » de l’U.S. Army Railroads Administration, qui forma le type 39 de 1919 à 1924. N° Etat 3869 à 3900. Deux cylindres ; surchauffe ; 75,76 t ; diam. des roues motrices : 1,42 m. La hauteur à la cheminée ne dépassait pas 4,02 m.

En 1919, en exécution des clauses du traité de Versailles, l’Allemagne cédait environ 2.000 locomotives à l’État belge. Dites locomotives « Armistice », ces machines provenaient pour la plupart des chemins de fer prussiens (K.P.E.V., c’est-à-dire Konigliche Preussische Eisenbahnverwaltung). Les autres étaient fournies par les chemins de fer bavarois, saxons, badois et oldenbourgeois. On se trouvait, de ce fait, en présence d’une multitude de types différents, dont 39 prussiens, 8 bavarois, 7 saxons, 4 badois et 2 oldenbourgeois.

6559
Locomotive P8 (type 64), créée en 1906 ; effectif Etat : 168 ; deux cylindres ; surchauffe ; poids en service : 75,28 t ; puissance : 1.400 ch ; vitesse : 100 km/h ; diamètre des roues motrices : 1,75 m. Locomotive n° 6559, ensuite 64.159, à l’état original. On remarque la cheminée cylindrique et les tampons allemands, le réservoir et le compresseur du frein Knorr disposés du côté gauche de la machine.

Les locomotives prussiennes étaient désignées par une lettre indiquant leur catégorie : P = Personenzug (voyageurs) ; G = Guterzug (marchandises) ; S = Schnellzug (express) ; T = Tenderlokomotive.

L’État utilisa principalement les types suivants, qui ne furent désignés selon la pratique belge qu’à partir de 1924 :

  • Locomotives d’express et à voyageurs : 4-6-0 P 8 (type 64) ; 4-4-0 S 6 (type 66) ; 4-4-2 S 9 (type 69) ; 4-6-0 S 10 (type 60) ; 4-6-0 S 101 (type 61) ; 4-6-0 S 102 (type 62) ;
  • Locomotives à marchandises : 0-8-0 G 71 (type 70, renuméroté 71 en 1946) ; 0-8-0 G 72 (type 72) ; 0-8-0 G 8 (type 80) ; 0-8-0 G 81 (type 81) ; 0-8-0 G 9 (type 79) ; 0-10-0 G 10 (type 90) ; 2-10-0 G 12 (type 92) ; 2-6-0 G 51, G 5², G 5³ (type 75) ; 2-6-0 G 54 (type 74) ;
  • Locomotives-tender : 2-6-0 T 9³ (type 93) ; 2-6-0 T 12 (type 96) ; 2-8-2 T 14 (type 97) ; 0-10-0 T 16 (type 98).

Il y avait deux versions des G 12 (type 92), construites respectivement en 1915 et en 1917. La dernière, plus moderne, était à l’origine destinée à la Turquie.

64.135
Une machine du même type sous son dernier aspect. N° 64.135, ex-6535. On note : cheminée à chapiteau, tampons, A.C.F.I., porte de boite à fumée, étouffoir d’échappement. Le compresseur du frein Westinghouse est installé du côté droit.

Les locomotives provenant des autres réseaux comprenaient quelques magnifiques « Pacific » bavaroises, classe S 3/6 ; des « Ten Wheel » badoises, classe IVe ; des « Prairie » badoises, classe VIc ; des « Ten Coupler » saxonnes, classe XI ; des « Decapod » saxonnes, classe XIIIb. Ces machines restèrent « hors type » à l’Etat, excepté les XIIIb saxonnes, qui, absolument identiques aux G 12 prussiennes, firent aussi partie du type 92.

Les autres locomotives prussiennes, restées « hors type » pour la plupart, comprenaient les 2-6-0 P 6 ; 4-4-0 S 52 ; 4-4-2 S 7 ; 0-6-0 G 3 ; 0-6-0 G 41, G 4², G 4³ ; 2-8-0 G 7³ (type 73) ; 0-6-2 T 91 ; 4-6-0 T 11 ; 0-8-0 T 13 (type 99) ; 4-6-4 T 18.


Source : Le Rail, n° 131, juillet 1967