Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > Matériel roulant > Locomotives > Nos inoubliables vapeurs > Onzième période, 1940-1946 - Reprise du « Nord Belge » et 2e guerre mondiale (...)

Onzième période, 1940-1946 - Reprise du « Nord Belge » et 2e guerre mondiale (suite)

Phil Dambly.

mercredi 1er décembre 2010, par rixke

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

Le 10 mai 1940 à l’aube, la Belgique était à nouveau plongée dans la tourmente. Quelques locomotives seulement purent être évacuées en France, où les Allemands les rejoignaient bientôt... Après la cessation des combats, l’exploitation reprit sous le contrôle des autorités d’occupation. Mais, dès 1941, les réquisitions de l’ennemi imposèrent de sévères restrictions au trafic. En effet, la Deutsche Reichsbahn récupéra une partie des locomotives « Armistice » de 1919 et plusieurs autres machines furent confisquées pour les besoins de la Wehrmacht.

108
Nos locomotives dans la tourmente : une « Pacific » type 1 en « tenue de guerre », photographiée en automne 1943 (n° 108). On remarque la lanterne occultée et les bandes blanches de visibilité, peintes aux extrémités de la traverse.

En 1942, pour remédier en partie à la situation qu’ils avaient créée, les Allemands ordonnèrent la réparation de 93 locomotives belges déclassées. Appartenant à la série des types 31 non transformés en 1936, elles furent appelées le type 30 à cette occasion.

Entre-temps, des locomotives françaises réquisitionnées par les autorités d’occupation avaient été « prêtées » à la S.N.C.B. Une première vague comprenait environ 80 locomotives du type 040 D des régions Est et Nord de la S.N.C.F. (ex-G 81 Prusse), identiques au type 81. Détachées en Belgique de décembre 1940 à juillet 1941, ces machines ont été appelées le type 78.

Une seconde vague, comprenant divers types de locomotives, vint combler les vides du parc dès décembre 1941. Il y eut notamment 88 machines du type 140 B Ouest (type 2), 8 du tvpe 140 C Nord (type 3) et 15 du type 140 G Sud-Est (type 4). Ces locomotives, ex- « Pershing » américaines de 1917, pareilles à l’ancien type 39 de l’Etat belge, avaient été affectées à Gand-Merelbeke, Alost, Louvain, Courtrai, Anvers-Dam, Muisen, Ronet et Renory. Parmi les machines formant le type 2, 31 exemplaires avaient été restitués à la S.N.C.F. avant la Libération et 25 autres avaient été enlevés par les Allemands lors de la retraite de septembre 1944. Les types 2 restés en Belgique furent renvoyés en France fin 1944, excepté cinq machines avariées, dépecées en 1945 avec l’accord de la S.N.C.F.

Des 140 G Sud-Est, locomotives « Pershing » identiques à l’ancien type 39 de l’Etat belge, ont formé le type 4.

En mars 1942, on vit arriver 25 locomotives du type 141 TB Sud-Ouest, prévues comme type 68, mais que l’occupant envoya en Allemagne en juillet-septembre. Elles avaient été affectées aux remises de Pepinster, Visé, Liège et Tirlemont.

Toujours en 1942, 10 locomotives du type 040 TB Sud-Est (type 70) étaient attribuées à la remise de Gand-Zeehaven.

Locomotive 040 TB Sud-Est (type 70).

La remise de Gand-Merelbeke se vit confier 10 machines du type 230 A Est, venues d’Allemagne en mars 1943. Sept d’entre elles ont formé le type 13 ; les autres, le type 23.

Des 230 A Est ont formé les types 13 et 23.

Huit 040 D (ex-G 81), arrivées en mars 1943 elles aussi, étaient affectées à Kinkempois en tant que type 78 (n° 7801 à 7808). A l’exception de la locomotive n° 7801, elles ont toutes été emmenées en Allemagne lors de la retraite. Des machines du même type, numérotées de 7809 à 7903 avaient été incorporées à l’effectif S.N.C.B. de juin 1944 à la Libération. Leur affectation en cette période très troublée fut le plus souvent de pure théorie, et ces 040 D ont été restituées à la S.N.C.F. pendant l’hiver 1944-1945.

Des 040 D Est et Nord, ex-G 81 prussiennes, bien qu’identiques au type 81, ont été appelées type 78.

Treize 151 TA Est, prévues comme type 73 en 1942, ne sont jamais parvenues en Belgique. De 1942 à 1944, la S.N.C.B. a donc utilisé 164 locomotives françaises, dont 39 venues du Reich en mars 1943.

Spectaculaire résultat du bombardement de la gare de formation de Courtrai par l’aviation alliée, le 26 mars 1944. Locomotives type 7 et type 44.

Fin 1944, 836 machines enlevées par l’occupant se trouvaient toujours en Allemagne. Des locomotives restées dans le pays, 997 seulement étaient immédiatement utilisables, 109 machines ayant été démolies par faits de guerre, les autres étant avariées à la suite de service effectué dans des conditions difficiles et du manque d’entretien normal.

Après la capitulation allemande, le 8 mai 1945, la situation s’était un peu améliorée grâce au matériel mis à la disposition de la S.N.C.B. par les Alliés et à 537 locomotives restituées par l’Allemagne.


Source : Le Rail, n° 138, février 1968