Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > Histoire > 150e anniversaire du chemin de fer > Impressions sur le 150e anniversaire

Impressions sur le 150e anniversaire

mercredi 9 mars 2011, par rixke

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

 Commémoration officielle

La commémoration officielle des 150 ans des chemins de fer belges a eu lieu le lundi 6 mai en présence de SM le Roi. Puisque 1985 marque aussi le cinquantième anniversaire de la première ligne électrifiée belge, Bruxelles-Anvers, c’est une automotrice quadruple de 1935 qui a quitté Bruxelles Central pour Malines.

La cérémonie s’est déroulée face à la gare, à proximité de la « colonne milliaire » à côté de laquelle fut placée une reproduction de la première locomotive « L’Eléphant », et a été marquée par l’inauguration d’une plaque en bronze en souvenir de cette commémoration.

Un train composé de quatre anciennes voitures de 2e classe du type « L » tracté par une locomotive à vapeur « type 12 » (qui conquit le « ruban bleu » sur la ligne Bruxelles-Ostende en 1939 avec une pointe de vitesse de 165 km/h) ramena les officiels à Bruxelles, où le Roi assista au palais des Congrès à la séance d’ouverture du congrès de l’Association internationale du Congrès des chemins de fer.

 Congrès de l'association internationale du Congrès des chemins de fer

Le congrès de l’AICCF s’est tenu à Bruxelles du 6 au 10 mai 1985. Le thème choisi pour ce congrès : « La place des chemins de fer dans les transports à l’aube du 21e siècle ». A cette occasion, une attention toute particulière a été accordée aux pays en développement, spécialement en ce qui concerne les possibilités de coopération technique et financière avec les pays industrialisés. Dans un monde en rapide évolution et face à une concurrence de plus en plus forte des autres modes de transport, les dirigeants des entreprises ferroviaires sont constamment obligés de réfléchir à la manière de maîtriser le mieux possible les multiples contraintes qui affecteront leur gestion et de définir clairement les objectifs et stratégies à développer pour s’adapter aux mutations de l’environnement économique et social.

Dans cette optique, les travaux du congrès de Bruxelles aideront les dirigeants ferroviaires à mieux définir ce que sera le rôle des chemins de fer de l’an 2000 et à mieux percevoir l’évolution souhaitable ou probable des équilibres indispensables à réaliser entre les besoins de transport, les possibilités techniques et les ressources financières disponibles.

 Des expositions

Du 4 mai au 2 juin, le palais des Beaux-Arts de Bruxelles a accueilli une exposition ferroviaire évoquant les « Aspects d’une réalité quotidienne ».

Au fil des salles, on illustra la philatélie, l’histoire et les activités de la Compagnie internationale des wagons-lits dont la Belgique fut le berceau : la peinture (avec entre autres huit toiles de Paul Delvaux), le dessin, la photo, la bande dessinée, l’affiche inspirés par le rail ; les locomotives à vapeur, la résistance des cheminots en 1940-1945, le chemin de fer face à l’avenir.

Parallèlement, s’est tenue du 4 au 27 mai, à la gare centrale de Bruxelles, une autre exposition retraçant « Cent cinquante ans d’évolution technique aux chemins de fer belges ».

Par la photo, le dessin, par une multitude d’objets, c’est toute la fabuleuse histoire du rail qui y a été évoquée, depuis les premiers trains britanniques de 1825 et la naissance des chemins de fer en Belgique, qui allait ouvrir à ce nouveau mode de transport un champ d’expérience qui s’étendra bientôt au continent, jusqu’aux convois modernes, rapides et confortables.

Au fur et à mesure que le chemin de fer s’étend, naissent de nouvelles nécessités : unification du temps qui donnera naissance aux fuseaux horaires, organisation de plus en plus complexe des circulations qui trouvera des auxiliaires précieux dans les techniques naissantes : électricité, télégraphe, téléphone, et aujourd’hui, la cybernétique.

Au cœur de ces systèmes de plus en plus élaborés, il y a le voyageur - le client - et ce sera la recherche inlassable de plus en plus de commodités et de confort, dans les gares et surtout dans les trains. Jamais encore une telle somme de documents et de choses du monde des chemins de fer n’avait été réunie. Cette exposition sera présentée au palais des Expositions de Namur du 4 au 14 septembre.

fanfare royale de Namur
le Roi salue nos collègues cheminots chargés de le conduire à Bruxelles. La locomotive est une « type 12 » vapeur
16042
locomotive à vapeur « type 16 » exposée à Bruxelles Nord

Source : Le Rail, septembre 1985