Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > Infrastructure > Signalisation > La nouvelle cabine de signalisation de Bruxelles-Midi

La nouvelle cabine de signalisation de Bruxelles-Midi

LRG avec la collaboration de ir. J.-L. Ghisbain.

mercredi 16 mars 2011, par rixke

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

Le « Midi ». La plus grande gare du réseau pour le trafic voyageurs vient de vivre, il y a quelques semaines, la seconde des quatre phases de mise en service d’une toute nouvelle cabine de signalisation. Celle-ci est destinée à reprendre progressivement les fonctions qui étaient ou sont encore dévolues à plusieurs autres postes et à offrir en même temps de meilleures possibilités de gestion du trafic grâce aux équipements modernes qui y sont prévus.

la nouvelle cabine, côté rue de France

 Bruxelles Midi

Situation et installations

La gare de Bruxelles Midi est sans doute l’une des plus importantes et des plus complexes de notre réseau. A son extrémité nord, elle commande l’accès à la jonction Nord-Midi avec ses six voies réparties en trois pertuis. A l’autre extrémité elle s’ouvre sur les lignes :

  • 124, vers Charleroi ;
  • 96, vers Mons (Paris) ;
  • 50A, vers Gand-Ostende (Londres) ;
  • 28, donnant accès à la ceinture Ouest, pratiquement réservée au trafic marchandises.

Se greffent encore à cette extrémité sud :

  • les installations de Forest-voitures pour le garage des rames et l’entretien du matériel ;
  • l’atelier de traction électrique de Bruxelles Midi ;
  • les faisceaux de garage de Bruxelles Petite-Ile et de l’avant-gare du Midi ;
  • les déviations dites « lentes » reliant Bruxelles Midi aux lignes directes vers Mons et Gand citées ci-dessus.

A noter en outre qu’une bretelle transversale permet des liaisons directes entre la ligne 28 et les lignes 124, 96 et 50A.

La gare elle-même est dotée de 22 voies à quai dont quatre en impasse côté nord.

Pour assurer et protéger les diverses liaisons nécessaires, la gare sera, en situation définitive, équipée de :

  • 464 appareils électriques de manœuvre d’aiguillages ;
  • 186 grands signaux s’adressant principalement aux trains de ligne ;
  • 135 signaux réglant les évolutions locales et les mouvements dans les faisceaux ;
  • 508 circuits de voie.

A cet égard, il y a lieu de remarquer que pour permettre une exploitation plus souple de la gare, les itinéraires relativement longs sont systématiquement scindés en plusieurs parties. Ceci a pour conséquence que les aiguillages parcourus par un train sont ainsi libérés progressivement pour d’autres parcours. Tous ces équipements étaient, jusqu’il y a peu, commandés par trois cabines principales et plusieurs autres postes dont la zone d’action est plus limitée.

Activité et moyens humains

En moyenne la gare connaît un trafic, par jour ouvrable, d’un peu plus de 1 000 trains, dont une bonne centaine de trains internationaux. A cela s’ajoutent près de 600 mouvements à vide et manœuvres liés à la recomposition des trains internationaux, à l’évolution des locomotives ainsi qu’au transfert des rames vides de et vers les faisceaux de garage. Près de 1 100 agents assurent les diverses fonctions dévolues à la gare : accueil des voyageurs et recettes, factage, exploitation proprement dite, personnel d’accompagnement des trains, services généraux.

 Modernisation de la signalisation

Une cabine unique

La dispersion des cabines relativement vétustes de Bruxelles Midi - la plus importante datait de 1947 - ainsi que l’insuffisance des moyens d’information du personnel d’exploitation constituaient autant de handicaps à la bonne gestion du trafic dans la gare, et par voie de conséquence, sur la majeure partie des axes principaux du réseau puisqu’une bonne part du trafic ferroviaire belge se concentre sur les gares de la jonction Nord-Midi. Il s’imposait donc de concentrer les commandes du vaste complexe ferroviaire que constitue la gare du Midi dans un seul poste de signalisation et de le doter de moyens performants d’aide à la régulation du trafic et d’information aux voyageurs.

Quatre phases

Etant donné l’étendue et la complexité de l’installation, la mise en service de la nouvelle cabine a été découpée en quatre phases. La première a consisté en la reprise des zones d’action des cabines II et III anciennes de Bruxelles Midi (c’est-à-dire depuis les signaux d’entrée des lignes 28, 96A, 50A, 96 et 124 jusqu’aux quais). L’opération s’est déroulée pendant la nuit du 27 au 28 octobre 1984.

La deuxième phase consistait à reprendre la zone de la cabine I actuelle de Bruxelles Midi, c’est-à-dire l’ensemble compris entre les quais et les trois pertuis de la jonction Nord-Midi. La mise en service a eu lieu durant la nuit du 14 au 15 septembre 1985.

La troisième phase comprend la reprise des zones d’action de la cabine II de Bruxelles Petite-Ile, du block 10 de la ligne 28 de et vers Bruxelles Ouest, du block 2 de la ligne 50A, de et vers Denderleeuw. La mise en service est prévue pour octobre 1986.

La quatrième phase consistera à reprendre la zone d’action du block 4 de Forest Midi, de et vers Hal. La mise en service est prévue pour 1987.


Source : Le Rail, octobre 1985