Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > A l’étranger > Locomotives du monde entier > Electro-Motive Division of General Motors Corporation. Modèles E8 et (...)

Electro-Motive Division of General Motors Corporation. Modèles E8 et F7.

Phil Dambly.

lundi 25 juillet 2011, par rixke

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

Les orgueilleuses « road-passengers », locomotives diesel-électriques de ligne réservées au trafic voyageurs, sont nées en 1937 dans les usines de la General Motors (GM), à La Grange, Illinois, la première d’entre elles était la locomotive n° 51 du Baltimore & Ohio Railroad, conservée à Baltimore, Maryland. Les modèles E1 à E6, construits successivement de 1937 à 1942, étaient reconnaissables à leur nez de protection caréné, long et fortement incliné [1], dessiné par le styliste français Raymond Loewy. La partie thermique des premières versions comportait une paire de moteurs diesel Winton de 900 ch, 12 cyl. en V, à deux temps. La partie électrique était d’origine General Electric ou Westinghouse. 1938 vit l’avènement des premières locomotives entièrement équipées par GM : moteurs diesel en V, à deux temps [2], transmissions et moteurs de traction. Il s’agissait des modèles E3 et E4. La disposition générale de ces locomotives a été conservée pour toutes les locomotives à voyageurs aux Etats-Unis jusqu’en 1956, quand s’imposa le type tous usages « à capot » qui représente aujourd’hui plus de 90 % du parc diesel américain. La locomotive est établie en éléments A et B. Les premiers, dits « cab units » (unités à cabine), ont un poste de conduite à une extrémité ; les seconds, dits « boosters » (pousseurs), sont dépourvus de cabine de conduite et leurs extrémités se terminent par des parois plates avec portes d’intercirculation. Les éléments A et B ont un équipement moteur identique (deux groupes électrogènes). Les locomotives sont souvent formées de deux éléments A encadrant un ou deux éléments B, fonctionnant en unités multiples.

Quand la version à marchandises fut créée, en 1939, elle conserva les mêmes dispositions générales, mais avec un seul diesel par élément. Le nez, plus court et aplati, fut surnommé « mufle de bouledogue ». Cette version est désignée F pour « freight » (marchandises). En palier, une formation de quatre éléments, totalisant 6.000 ch, peut remorquer un train de 5.000 t à 80 km/h.

De 1942 à 1945, aucune locomotive à voyageurs ne fut construite du fait de la seconde guerre mondiale. La E7 apparut en 1946, dotée du nez court des modèles F, adopté alors pour toutes les locomotives de ligne de GM. En 1950, elle fut suivie par le modèle E8, dont 462 unités (A et B) ont été construites, et par le modèle E9. La dix millième locomotive construite par l’Electro-Motive était une E8, n° 1009 du Wabash Railroad. Elle figure au Musée des Transports de Roanoke, Virginie, depuis le 17 juin 1967.

Tiré par quatre FP7 qui totalisent 6.000 en, le « Super Chief » du Santa Fe grimpe vers Cajon Pass, Californie, à 1.065 m d’altitude. Ce train de luxe parcourait naguère les 3.600 km qui séparent Los Angeles de Chicago en un peu moins de 40 h, à la vitesse commerciale de 90 km/h, sans changer de locomotives. Point culminant du parcours : Raton Tunnel dans les Rocheuses, à 2.300 m.

Les locomotives à marchandises se succédant également, le modèle F7 fut mis sur le marché en 1950. La version FP7, au rapport d’engrenages modifié, est dotée d’une chaudière de chauffage à l’instar des modèles E. Elle peut donc remorquer des trains de voyageurs (FP - freight-passengers). Les damiers modèles, F9 et FP9, sont apparus en 1954. De toutes les locomotives carénées de GM, les modèles F ont été les plus répandus : 7.374 unités (A et B), dont 3.716 F7 et 314 FP7.

Etant astreints à de longs parcours en pays montagneux, les modèles E et F sont équipés de freins pneumatiques très puissants et du freinage rhéostatique. L’échauffement exagéré des pièces d’un diesel provoque automatiquement l’arrêt de celui-ci et le déclenchement d’une sonnerie d’alarme. Les bogies Flexicoil, moulés, sont à trois essieux sur le modèle E, à deux essieux sur le modèle F. Ils comportent chacun deux moteurs de traction suspendus par le nez. Les essieux sont munis de boîtes à rouleaux. Au-dessus du phare habituel, un projecteur « mars », actionné par un petit moteur, jette de puissants éclairs dans le ciel pour avertir les automobilistes. Il peut émettre des rayons blancs ou rouges. Le conducteur est assisté par un aide chargé de la surveillance des machines. De plus, sur certains réseaux, dans les formations de trois ou quatre éléments couplés, un mécanicien ambulant exécute de petites réparations pendant la marche des locomotives, grâce à l’arrêt possible d’un ou de deux diesels quand le train circule en palier ou en déclivité. La puissance par élément a augmenté comme suit, pour les modèles E (à deux moteurs) :

  • E1, E2 : 1.800 ch ;
  • E3 à E7 : 2.000 ch ;
  • E8 : 2.250 ch ;
  • E9 : 2.400 ch ;

pour les modèles F (à un seul moteur) :

  • F1, F2 : 1.350 ch ;
  • F3, F7, FP7 ; 1.500 ch ;
  • F9, FP9 : 1.750 ch [3].

Tandis que les E8 et les E9 sont peu à peu réformées, on rencontre encore de nombreuses F7, FP7, F9 et FP9 aux Etats-Unis. Des F7 sont en service en Arabie Séoudite et en Alaska, démontrant l’universalité d’un matériel soumis, soit aux températures tropicales et aux vents de sable, soit à la neige et au froid arctique. Au Canada, la General Motors Diesel Limited de London, Ontario, a livré plusieurs F9 et FP9 au Canadien National et au Canadian Pacific. Les Ferrocarriles Nacionales de Mexico utilisent des F2 et des FP9. Tous ces réseaux, comme ceux des Etats-Unis, sont à voie normale (1,435 m) et utilisent l’attelage automatique Janney. En Australie, la Clyde Engineering, associée de GM, a fourni des F3 modifiées aux Commonwealth Railways (voie de 1,067 m) et aux Victorian Railways (voie de 1,600 m). Elles sont équipées de bogies à trois essieux afin de diminuer les contraintes de voies plus faibles. La Clyde a livré des machines identiques au Pakistan Western Railway (voie de 1,676 m).

CARACTERISTIQUES E8 (cab unit).

  • Symbole : A1A-A1A ;
  • vitesse max. : 188 km/h ;
  • poids en service : 150 t ;
  • charge par essieu : 25 t ;
  • diam. roues : 0,914 m ;
  • longueur : 21,410 m ;
  • largeur caisse : 2,980 m ;
  • largeur totale (mains courantes) : 33,243 m ;
  • haut, toit : 4,241 m ;
  • hauteur totale (trompes) : 4,533 m.
Ensemble de deux E8 du Louisville & Nashville Railroad (2 x 2.250 ch).

CARACTERISTIQUES F7 (cab unit).

  • Symbole : BoBo ;
  • vitesse max. : 105 km/h (160 pour FP7) ;
  • poids en service : 107,200 t ;
  • charge par essieu : 26,800 t ;
  • diam. roues : 1,016 m ;
  • longueur : 15,444 m ;
  • largeur 3,243 m ;
  • hauteur caisse : 2,980 m ;
  • largeur totale (mains courantes) toit : 4,280 m ;
  • hauteur totale (trompes) : 4,572 m.
Ensemble de trois FP7 de l’Atchinson, Topeka & Santa Fe Railway (3 x 1.500 ch).

Source : Le Rail, août 1970


[1Sauf quelques E2 au nez arrondi.

[2C’est le moteur type 567, qui développe 100 ch par cylindre. Il a été construit avec 6, 8, 12 ou 16 cyl. Ce moteur, suralimenté par turbo-soufflante, équipe nos locomotives types 202, 203, 204, 205, 212, 213.

[3II s’agit de « chevaux américains », largement calculés. La définition américaine donne la puissance continue à l’arbre, tous auxiliaires déduits, avec une pression d’air ambiant correspondant à une altitude de 550 m et par une température ambiante de 30° C. En Europe, la puissance est calculée au niveau de la mer, par 16° C. 1.750 ch U.S. correspondent à environ 2.000 ch européens.