Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > Matériel roulant > Wagons > Les transports exceptionnels

Les transports exceptionnels

F. Van Rompaey, ingénieur principal.

mercredi 2 novembre 2011, par rixke

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

 De quoi s'agit-il ?

La loi du 25 août 1891 impose au chemin de fer d’accepter au transport toutes les marchandises et de fournir les wagons nécessaires à cet effet. Mais cette obligation, évidemment, n’implique pas que les cheminots soient obligés d’entailler les ponts pour faire passer un objet d’une hauteur démesurée et qu’ils soient contraints de renforcer toute l’infrastructure d’une ligne et de fabriquer des wagons d’une robustesse à toute épreuve pour transporter n’importe quelle masse écrasante. Il y a des limites, qui, d’ailleurs, satisfont les clients, puisqu’elles ont été établies en fonction des besoins habituels.

Toutefois, le chemin de fer, dans certaines conditions, accepte aussi de transporter des objets dont les caractéristiques dépassent les limites normales. Ces transports exceptionnels ne peuvent être acheminés sans qu’au préalable des spécialistes aient examiné le problème, prévu les difficultés et pris des mesures pour que tout se passe bien dans l’intérêt du client et sans dommage pour le rail.

Gabarits de chargement
Le gabarit de chargement des chemins de fer allemands, luxembourgeois et néerlandais (I) est plus grand que le nôtre (II), tandis que celui des chemins de fer français (III) est plus petit.

II s’agit notamment :

  • de transports dont les dimensions dépassent le gabarit de chargement admis sur le parcours à effectuer ;
  • de chargements qui nécessitent l’utilisation d’un wagon spécial ;
  • de transports dont la charge par essieu ou par mètre courant dépasse le maximum admis ;
  • de chargements qui, en raison de la position de leur centre de gravité, sont susceptibles de compromettre la sécurité de l’exploitation ;
  • de chargements d’une longueur telle qu’ils nécessitent des mesures particulières.

 Les spécialistes

L’expéditeur d’un transport exceptionnel adresse sa demande au chef de la gare de départ ou, s’il est averti, directement au service M.A. du groupe intéressé, où les spécialistes examineront le problème.

A noter que le bureau M.A. 23.31 a publié, à l’intention des clients, une notice qui les éclaire sur les formalités à remplir et qui, outre des conseils précis sur la position, le calage et l’arrimage des chargements, donne les plans des wagons spéciaux. Si aucun de ces wagons ne semble convenir, l’expéditeur peut toujours soumettre son problème à notre Société : l’entente entre réseaux voisins multiplie les ressources immenses du rail.

Dans tous les cas, c’est le bureau M.A. du groupe, suivant les directives du bureau M.A. 23.33, qui étudie chaque demande de transport exceptionnel. Cette étude se fait avec le concours des services V. et E.S. si le chargement empiète sur le gabarit qui les concerne. Et, bien entendu, s’il s’agit d’une demande pour un itinéraire international, le bureau M.A. du groupe, après avoir examiné la possibilité d’acheminer le transport sur le parcours belge, invite les réseaux intéressés à pour suivre l’étude en leur fournissant les renseignements et les plans nécessaires.

L’examen des spécialistes du groupe répond principalement à trois questions :

  1. Le transport est-il possible compte tenu des obstacles verticaux et horizontaux de la voie (en alignement droit et en courbe) ?
  2. Le transport peut-il croiser des transports ordinaires ou d’autres transports exceptionnels ?
  3. Le transport est-il possible au point de vue du poids ?

Pour répondre, il faut appliquer pas mal de formules, dessiner des abaques et faire des calculs précis. Tout ce travail a pour base les limites du gabarit de chargement, de l’espace libre et du poids maximum autorisé.

 Le gabarit de chargement et l'espace libre

Le gabarit de chargement indique les dimensions transversales que ne peuvent pas dépasser les transports normaux. Sur notre réseau, pour qu’un transport puisse être considéré comme normal, il faut qu’au repos et en alignement droit, il se tienne, dans toutes ses parties, à l’intérieur d’un gabarit de 3 m. 15 de largeur, et qu’en courbe de 250 m. de rayon, il s’inscrive dans un gabarit de 3 m. 30 de largeur. Quant aux limites du gabarit en hauteur, le dessin du gabarit les exprime plus clairement que la phrase la plus précise. Le chargement dépassant les dimensions du gabarit de chargement est un transport exceptionnel.

Et pour tout chargement de l’espèce, il faut tenir compte, en fait, de l’espace libre. Qu’entend-on par là ? C’est l’espace que laissent aux trains les ouvrages d’art, tels que les ponts et les tunnels, et tous les autres obstacles le long des voies (signaux, fils, etc.).

En Belgique, la largeur d’ouverture des ouvrages d’art est de 4 m. 50 jusqu’à une hauteur de 3 m. 25. Plus haut, la largeur diminue ; elle n’est plus que de 1 m. 52 à la hauteur maximum de 4 m. 80.

Wagon à plancher surbaissé.

Si un transport exceptionnel risque de frôler un obstacle relevant de V. ou de E.S., l’intervention de ces services est requise pour examiner les possibilités de passage. Selon les risques, on choisit un autre itinéraire ou on fait aborder l’obstacle à une vitesse très réduite, toutes précautions prises (coupure de courant, par exemple).

La distance qui sépare les axes de deux voies principales adjacentes est de 3 ni. 50. Donc, si un transport atteint, du côté de l’entre-voie, une largeur (à calculer dans chaque cas, compte tenu du rayon des courbes À parcourir) qui l’empêche de croiser d’autres trains, il faut mettre en marche un train spécial ou adapter l’horaire du train acheminant le transport exceptionnel et ceux des trains roulant en sens inverse.

Wagon extensible.

 Poids maximum

Alors que la plupart des réseaux européens admettent pour leurs wagons un poids maximum de 16 tonnes par essieu (catégorie A) ou de 16 à 18 tonnes (catégorie B), la S.N.C.B., elle, autorise un poids maximum de 20 tonnes par essieu (catégorie C) et de 8 tonnes au mètre courant (chargement + tare, divisé par la longueur totale du wagon, mesurée en dehors des tampons, non enfoncés). Ces poids maxima sont les plus élevés en Europe.

Le transport de la plus grande glace du monde, destinée à l’ « Expo 58 ».

 Wagons spéciaux

Pour pouvoir acheminer les transports exceptionnels, le service M.A. possède un parc de wagons spéciaux, qui comprend actuellement : 5 wagons à chevalet, 4 wagons pour le transport des plaques tournantes, 66 wagons plats courts, 3 wagons-pupitres, 25 wagons évidés de différentes longueurs, 1 wagon extensible autorisant un chargement de 50 tonnes à répartir sur une longueur de 6,82 m. à 22,82 m., et 17 wagons surbaissés, de tous tonnages et de toutes catégories. L’un de ceux-ci, le plus remarquable, possède quatre bogies de trois essieux chacun ; sa capacité : 150 tonnes.

Transport d’un transformateur puissant d’un poids de 130 tonnes sur wagon spécial A.C.E.C.

 Tarifs

L’examen technique auquel la Société doit recourir chaque fois qu’un transport exceptionnel lui est soumis est entièrement gratuit. Mais des indemnités spéciales sont réclamées pour les envois qui dépassent les limites du gabarit de chargement. Ces indemnités varient avec la distance à parcourir. Si l’expéditeur utilise un wagon à plancher surbaissé d’une capacité de plus de 75 tonnes, l’indemnité spéciale est doublée ou quadruplée, selon que le gabarit de chargement est ou n’est pas respecté.


Source : Le Rail, juillet 1959