Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > Histoire > L’écartement des voies

L’écartement des voies

J. A.

mercredi 7 décembre 2011, par rixke

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

Lorsque, sur notre réseau, on mesure l’écartement d’une voie en alignement entre les bourrelets des deux rails, on relève une cote de 1 m. 435. Pourquoi ce nombre bizarre ? On concevrait mieux un nombre rond, par exemple 1 m. 500.

On peut aussi s’étonner du sens de la circulation des trains. Pourquoi ceux-ci circulent-ils, en Belgique et sur d’autres réseaux, à gauche, alors que, sur les routes, les véhicules circulent à droite ?

L’une et l’autre questions trouvent réponse dans le même fait historique : les premiers chemins de fer furent construits, vers 1825, en Angleterre. L’écartement donné, à cette époque, par George Stephenson, est la traduction, dans le système métrique, de la norme anglaise exprimée en pieds et en pouces. Quant à la circulation à gauche, elle est, en Angleterre, généralisée tant sur la route que sur le rail.

Bien avant 1800, le transport du charbon sur les routes anglaises s’effectuait par des chariots, tirés par des chevaux et roulant sur des planches, puis sur des planches revêtues de plaques de fer. Entre les roues, il existait une largeur uniforme de 4 1/2 pieds ou 4 pieds 6 pouces, le pied valant 12 pouces. Lorsque des rails furent substitués aux planches, on conserva cette largeur de 4 1/2 pieds, à laquelle on ajouta 1 pouce de chaque côté pour la largeur des mentonnets des roues, mentonnets rendus indispensables pour le guidage des roues, plus 1/4 de pouce pour le jeu nécessaire.

L’écartement devint ainsi : 4 pieds 6 pouces + 2 fois 1 pouce + 2 fois 1/4 de pouce, soit 4 pieds 8 1/2 pouces. Le pied anglais valant 304,8 mm. et le pouce 304,8/12 = 25,4 mm., la cote exprimée dans le système métrique devint 1 m. 435.

Depuis 133 ans, cet écartement n’a pas changé, et, actuellement, 63 % du total des réseaux du monde sont équipés de la voie « normale ». On la trouve sur les réseaux suivants : Algérie, Allemagne (Républiques démocratique et fédérale), Argentine, Australie (Nouvelles-Galles du Sud), Autriche, Belgique, Bulgarie, Canada, Chine, Corée, Cuba, Danemark, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Grèce, Hollande, Hongrie, Iran, Italie, Maroc, Mexique, Norvège, Pérou, Pologne, République arabe unie, Roumanie, Suède, Suisse, Tchécoslovaquie, Turquie, Uruguay, Yougoslavie.

En Russie, le premier chemin de fer de Saint-Pétersbourg à Tsarkoïeselo, construit en 1838, avait un écartement de 1 m. 829. En 1842, l’écartement fut ramené à 1 m. 524 et est resté tel depuis. Cette différence d’écartement fut, d’ailleurs, un des problèmes épineux que l’Allemagne dut résoudre lors de l’invasion de la Russie, en juin 1941. En Finlande et dans une partie de l’Iran, de la Pologne et de la Turquie existent aussi des voies dont l’écartement est de 1 m. 524.

En Espagne, l’écartement est de 1 m. 674, soit 6 pieds castillans. Il en est de même dans une partie de l’Argentine, au Chili, en Inde et au Portugal.

Signalons, enfin, qu’un très grand nombre de réseaux sont équipés d’une voie « étroite », dont l’écartement est inférieur à la cote « normale ». On trouve, parmi ces voies étroites, plus de vingt écartements différents, allant de 0,60 m. à 1,372 m. ! Citons seulement les lignes de 0,6096 m., de 0,615 m. et de 1,067 m. du Congo belge et la voie métrique (1,000 m. exactement !) de la S.N.C.V. en Belgique.


Source : Le Rail, novembre 1959