Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > Matériel roulant > Locomotives > Nos inoubliables vapeurs > Douzième période, 1948-1967 – Reprise des dernières compagnies et dernières (...)

Douzième période, 1948-1967 – Reprise des dernières compagnies et dernières fumées

Phil Dambly.

mardi 6 décembre 2011, par rixke

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

La S.N.C.B. reprit l’exploitation du chemin de fer de Malines à Terneuzen et de la ligne de Chimay en 1948.

La Compagnie du chemin de fer de Malines à Terneuzen, dont l’atelier de réparation était installé à Saint-Nicolas, possédait de très jolies machines de construction anglaise.

La locomotive n° 1 faisait toutefois exception à la règle. Elle avait été construite à Grafenstaden en 1867 pour le chemin de fer de Libourne à Bergerac et cédée l’année suivante à la Compagnie de Malines à Terneuzen. Destinée au service des voyageurs, cette 2-4-0 à roues de 1,50 m fut transformée à l’atelier de Saint-Nicolas en 1908. Elle reçut une nouvelle chaudière plus puissante et un abri plus spacieux.

Locomotive n° 1 du chemin de fer de Malines à Terneuzen, type « Libourne-Bergerac », à l’état primitif.

Les locomotives à voyageurs n° 4 et 5 avaient été livrées par Beyer Peacock en 1872. Du type 2-4-0 à roues de 1,67 m, elles étaient les premières machines construites en Angleterre avec boîte à feu Belpaire carrée et allongée.

Les locomotives n° 4 (ci-dessus) et 5 étaient les premières machines construites en Grande-Bretagne arec un foyer Belpaire. Elles ont été munies d’un abri en 1906.

Les locomotives n° 2 et 3 appartenaient au même type, mais étaient dotées de chaudières anglaises classiques, à foyer rond et profond.

Ces quatre machines furent modifiées à l’atelier de Saint-Nicolas de 1906 à 1909.

La locomotive n° 6 appartenait au type « Madam » du London and North Western Railway. C’était une 2-2-2 à roues motrices de 1,82 m, construite aux ateliers de Crewe en 1872 et tendérisée à l’atelier de Saint-Nicolas en 1906.

Les locomotives à voyageurs n° 7 et 8 appartenaient à un type à cylindres intérieurs du London and North Western Railway. Ces 2-4-0 à roues de 1,67 m avaient été construites par Sharp Stewart en 1867 et vendues au M.T. en 1872. En 1908, elles reçurent de nouvelles chaudières avec foyer Belpaire et furent munies d’abris du type Etat belge. Ces transformations étaient effectuées à l’atelier de la compagnie. Les deux machines furent équipées du frein Westinghouse ultérieurement.

En 1908, l’atelier de St-Nicolas équipa la locomotive n° 8 d’un foyer Bel-paire et d’un abri de type Etat belge.

Les locomotives n° 15 à 18, des 0-6-0 à roues de 1,58 m, étaient du type Webb-Ramsbottom. Elles avaient été achetées au London and North Western Railway en 1900-1901 et appartenaient à la classe D.X. de cette compagnie. Destinées aux services mixtes sur lignes à profil facile, elles avaient été construites aux ateliers de Crewe du L.N.W.R. En 1911, les machines n° 16 et 17 furent modifiées à l’atelier de Saint-Nicolas et munies d’un abri assez semblable à celui des types 32 de l’Etat. La locomotive n° 18 avait subi les mêmes modifications en 1910, aux ateliers de l’Energie à Marcinelle. Les quatre machines furent dotées du frein Westinghouse, dont le réservoir d’air comprimé était installé derrière la cheminée.

Locomotive n° 18, série1)5 à 18, à l’état définitif (abri de type Etat, frein Westinghouse, soupapes Wilson, sablière).

L’importance des trains de coke provenant des usines de Willebroek à destination des hauts fourneaux du Luxembourg et de la Lorraine exigea la création d’un type de locomotive très puissant. Deux machines furent construites par Cockerill en 1906 et quatre autres par Henschel en Allemagne, en 1911. Numérotées de 19 à 24, ces locomotives étaient à quatre essieux accouplés, cylindres et mécanisme intérieurs. Le diamètre des roues, 1,30 m. était relativement faible, l’empattement était assez considérable et la chaudière se rapprochait des modèles utilisés par l’Etat belge.



Locomotives de la série 19 à 24. Machine n° 23, dotée d’une nouvelle cheminée. On remarque les initiales M.T. peintes en blanc sur la traverse rouge. A l’arrière-plan, une des G 71 de la série 36 à 39.

La Compagnie de Malines à Terneuzen utilisait aussi des locomotives appartenant aux types 30, 32 et 71 de l’Etat. Les locomotives type 30, cédées par la S.N.C.B. après la reprise de la Compagnie de Gand à Terneuzen en 1930, étaient numérotées de 32 à 35. Les locomotives type 32, du groupe à vapeur saturée (type 44 S.N.C.B.), étaient numérotées de 25 à 31. Elles avaient été construites par Ragheno à Malines en 1923-1924. Les quatre machines « Armistice » du type G71 (type 71), achetées à la S.N.C.B. en 1930, étaient numérotées de 36 à 39. Selon la pratique en usage au Malines-Terneuzen, le réservoir d’air comprimé du Westinghouse fut installé derrière la cheminée.

Les locomotives n° 32 à 35 du Malines-Terneuzen, du type 30 Etat belge, provenaient de la Cie de Gand à Terneuzen. Machine n° 34, ex-2884 Etat.

A la cessation d’activité de la compagnie, le 19-1-1948, 22 machines restaient à l’effectif, dont 11 en service (n° 15, 25 à 27, 29 à 31, 36 à 39). Pendant la guerre, quelques locomotives avaient été prêtées à la S.N.C.B. qui utilisa notamment les n° 20, 33 et 34 de l’automne 1940 au 27-9-1946. Ces trois machines ont porté les n° S.N.C.B. 7951, 7954 et 7955, puis 8056 à 8058 et 46.001 à 46.003.

La Compagnie de Chimay possédait autrefois son propre matériel, notamment des types 1 et 51 Etat. La ligne fut exploitée ultérieurement avec des locomotives du Nord Belge, à la suite d’une convention particulière signée en 1875.


Source : Le Rail, avril 1968