Rixke Rail’s Archives

Accueil > Le Rail > Histoire > Durail Junior > Autorail + Pantos = Z 7100

Autorail + Pantos = Z 7100

Phil Dambly.

mercredi 29 février 2012, par rixke

Toutes les versions de cet article : [français] [Nederlands]

C’est en avril 1960 que l’automotrice Z 7100 fit son apparition sur les lignes de la région Sud-Est de la S.N.C.F. Cette automotrice, construite par Decauville, présente l’aspect général d’un autorail « unifié », dont elle a la livrée rouge et crème, mais d’un autorail muni de pantographes [1]. Elle possède un poste de conduite à chaque extrémité, celui de la deuxième extrémité n’occupant que la moitié de la largeur de la caisse. Derrière le poste avant est situé le compartiment de l’appareillage électrique, aéré extérieurement par des persiennes. Un couloir latéral le met en communication avec la cabine de conduite et le compartiment à bagages.

La partie réservée aux voyageurs est divisée en deux compartiments, l’un de première classe offrant 12 places assises, l’autre de deuxième classe offrant 58 places assises et 6 strapontins. Les deux places extrêmes, .jouxtant le poste de conduite arrière, permettent une vue panoramique. Le compartiment de deuxième classe est lui-même divisé en deux parties séparées par la plate-forme d’accès, où sont disposés les strapontins. La partie située au-dessus du boggie étant plus haute, on y accède par deux marches. Dans les deux classes, les sièges sont répartis de part et d’autre du couloir central.

Les sièges de première classe sont en dunlopillo recouvert de tissu à carreaux rouges et noirs. Leurs dossiers sont légèrement inclinables, et ceux des sièges médians sont orientables suivant le sens de la marche. Quant aux sièges de deuxième classe, ils sont classiques et recouverts de moleskine beige.

Entre autres détails, signalons les parois intérieures revêtues de formica vert clair, l’éclairage par tubes fluorescents, le chauffage électrique installé sous les banquettes et l’insonorisation parfaite

La Z 7100 repose sur un boggie porteur et un boggie moteur construits chez De Dietrich. Le boggie moteur, situé sous le compartiment de deuxième classe, porte deux moteurs Oerlikon autoventilés. Le courant continu 1500 volts est capté par deux pantographes « unijambistes » Faivelev, placés tous deux à l’avant, au-dessus du compartiment d’appareillage électrique. Les câbles de puissance reliant ces appareils au boggie moteur situé à l’autre extrémité passent sous la caisse. La vitesse de 120 km.-h est atteinte en moins d’une minute. Même à cette allure, la stabilité est excellente.

La Z 7100 est prévue pour remorquer trois véhicules au maximum. Ce seront soit des remorques d’autorail existantes, soit des remorques spécialement construites par Brissonneau et Lotz, dont certaines, numérotées ZS 17100, auront un poste de conduite permettant la marche en réversibilité. Les 33 automotrices seront réparties entre les dépôts de Lyon-Mouche et de Béziers.

FICHE TECHNIQUE :

  • Places assises : 76
  • Poids en ordre de marche : 54,5 tonnes
  • Tension courant continu : 1.500 volts
  • Puissance : 1.310 ch
  • Vitesse maximum : 120 km. - h.
  • Longueur hors tampons : 26,130 m.
  • Longueur caisse : 24,800 m.
  • Largeur : 2,850 m.
  • Hauteur toit : 3,574 m.


Source : Le Rail, février 1961


[1Pantographe : appareil articulé sur le toit des locomotives électriques frottant sur le fil de la caténaire.